Sea phase One

by Christophe

Après les cours de navigations en classe, nous sommes partis en mer pour 12 jours. Enfin en mer … nous n’avons pas quitté le Solent (Le bras de mer qui sépare l’île de Wight de l’Angleterre).

Objectif : mettre en pratique la théorie apprise la semaine précédente. Tous ceux qui ont fait un peu de nav connaissent les grands principes de dérives dus au courant et au vent. Dans la pratique, personne ou presque ne l’applique: on prend un cap et on corrige (souvent au GPS) au fur et à mesure de la navigation.

Ici, avec des courants de travers de parfois plus de 2 noeuds, un vent permanent au dessus de 30 noeuds (3 ris dans la GV) et une des plus grandes concentrations de tanker et autres porte-containaires : ça rigole moins quand l’instructeur demande de placer le bateau à un endroit précis du solent de nuit, sans GPS, ni relèvements, uniquement à la table à carte. Ils appellent ça ici les “blind navigations”.

Le reste du temps a été partagé entre les exercices de manœuvres au ponton, les exercices d’homme à la mer, les révisions des “ColRegs” (la Règlementation Internationale de prévention des Abordages en Mer). Des exercices de prises de bouées, des mouillages et la visite de tous les ports du Solent.

Le bateau était un Sun Odissey 423 de 2002, en plutôt bonne état pour un bateau utilisé toute l’année par des étudiants. Le Skipper était Martin Smith extrêmement pro comme tous les instructeurs, jusqu’à présent ici. A la fin de la période ont a eu droit à un débrief de groupe ainsi que personnel.

Mais les anglais ne seraient pas les anglais si le soir, ils ne finissent pas tous au pub, à boire des quantités impressionnantes de bière. L’autre détail amusant que j’ai remarqué, c’est le nombre de Thé qu’ils boivent tous les jours et qu’elles que soient les conditions. Nous avons mis à la cap à la limite de la zone de trafic des tankers, par force 7, pour boire le Thé, et regarder l’effet du courant contre le vent.

Aujourd’hui, c’est le premier jour de repos (day off) depuis le début des cours. Ca fait donc presque 3 semaines sans aucun de jour de congé. Et on l’a à peu près tous passé à la laverie au bout de la rue, puis un peu de repos dans la chambre, d’où cette fois çi la connexion Wifi semble fonctionner.