Le Welcome Pack

by Christophe

google_uksa.pngJ’ai reçu mon “Welcome Pack” de UKSA. En plus du descriptif des cours, on y trouve un formulaire médical à remplir, un programme des 6 mois et quelques autres documents utiles pour préparer le départ.
Le programme est en effet bien chargé: la première semaine peut commencer par 12 jours de navigation. Ensuite les cours s’enchaînent (en général sur une semaine) suivi par une semaine de navigation. J’ai compté 73 jours en mer sur les 25 semaines. Le reste est rempli par les cours théoriques et/ou pratiques avec moins d’un jour par semaine “off” en général au retour de chaque navigation.

Concernant les cours, la description est plutôt complète. La formation est composée de 18 modules, chacun sanctionné par un examen, pratique ou théorique et un diplôme :

  1. “Yachtmaster” théorique (Nav 1 & 2) : Cours approfondi de navigation et météo.
  2. “Yacht Master” pratique : 5 jours de préparation suivis d’un weekend d’examen pratique.
  3. “Yacht Master” moteur : 5 jours pour convertir le “Yachtmaster” en version moteur. Si le candidat à déjà 1250 nautiques inscris sur son carnet, il obtient le “Yachtmaster power qualification”, sinon seulement le “Yachtmaster costal power qualification”, ce qui sera mon cas car j’avoue n’avoir que peu pratiqué les “Fers à repasser”.
  4. “Ocean Theory” : Cours théorique d’astro-navigation, de météo mondiale et grandes traversées. Là ça va commencer à devenir passionnant.
  5. “Long Range Radio” : Communications longues distances (SSB, MF et HF). Les protocoles de communication et le matériel. Recherches par transpondeur, Inmarsat, etc. Tout ça est complètement nouveau pour moi parce que depuis mon service dans la marine, il y a presque 20 ans, à part la VHF tout ça a bien changé.
  6. Techniques de survie : Toute la théorie sur la survie en mer, personnelle mais aussi celle des passagers. La recherche et l’organisation des secours.
  7. “Personnal safety and social responsibility” : Ce cours est encore un mystère, mais apparemment, ça parle de règlementation maritime, droit international et droit social.
  8. “Fire fighting” : 3 jours à la caserne des pompiers de Cowes, 1 jour de théorie et 2 jours de pratiques. On va éteindre des feux, chercher des mannequins dans des maisons enfumées. Apparemment ce cours est assez intensif physiquement parce qu’on peut demander une dispense pour raisons médicales.
  9. “Elementary First Aid” : Ce cours ressemble au cours de secourisme de la Croix-Rouge. Cours à la fois théorique et pratique.
  10. “Medical care at sea” : Ce cours aussi à la fois pratique et théorique, est destiné à faire face à toutes les situations médicales que les marins sont amenés à connaitre. Ce cours risque d’être le plus dur pour moi parce qu’ils préviennent qu’une très bonne connaissance de l’anglais est nécessaire.
  11. “Powerboat level 2” : Cours pratique de yacht à moteurs. Manoeuvres, haute vitesse, Homme à la mer, perte de manoeuvrabilité, moteur et hélices …
  12. Entretien des moteurs diesel : Cours d’introduction aux moteurs diesels.
  13. “Advanced engine” : 5 jours, théoriques et pratique sur l’entretien, la gestion et la réparation des moteurs et autres technologies maritimes.
  14. Officier de sécurité : pratique et théorie sur la sécurité sur les navires jusqu’à 500 tonneaux: incendies, avaries, évacuations et gestion de la sécurité.
  15. Techniques d’entretiens : winches, diesel, électricité, bref, les mains dans le cambouis pendant 3 jours
  16. Electricité : Cours théorique de base et pratique sur les réparations.
  17. Navigation, clients et quillard : J’avoue ne pas comprendre l’intitulé de ce cours qui mélange, l’étiquette navale, la gestion des invités, la navigation sur carte, et 2 jours de navigation …
  18. Radar et navigation électronique : Cours pratique en simulateur sur l’ensemble des instruments de navigation électroniques : Radar, GPS, Cartographie électronique, …

Chacun de ces modules est sanctionné par un diplôme, et à la fin des six mois, on est invité à présenter le “MCA Master 200GT“. C’est une nouveauté et c’est vraiment bien parce que c’est un diplôme d’état que les autorités Françaises reconnaissent comme équivalent au “Capitaine 200”. J’en ai eu la confirmation par les Affaires Maritimes.

Voilà, je termine ce (long) article pour vous dire que l’échéance approche, et d’ici le 30 avril, il me reste tellement de choses à régler que ça va passer très (trop) vite.