Le choix du diplôme : 2ème épisode

by Christophe

Je continue ma quête sur le choix du diplôme. J’ai posé cette question à diverses personnes et voici ce qui en ressort généralement.

Tout d’abord, est-ce qu’on peut travailler en France avec un Yachtmaster Pro anglais?

  • Pour être embauché par une société française, cette société DOIT créer un rôle d’équipage.
  • Pour créer un rôle d’équipage, les marins doivent être soumis à la règlementation du droit français et être reconnu par les affaires maritimes françaises. C’est à dire avoir un numéro de marin. Et pour cela, être diplômé du capitaine 200 est une obligation.
  • Dans les faits, les skippeurs PPV ont plusieurs mois pour se mettre en règle en passant les certifications STCW95 (Sécurité, Incendie, …). Donc les skippeur PPV peuvent être embauché de façon temporaire à condition qu’ils soit dans une démarche pour se mettre en règle.

La question pour les skippers ayant un diplôme étranger, est donc de savoir si ils peuvent être inscrit au registre maritime français. Je vais contacter les affaires maritimes française pour le poser cette question, mais les sociétés françaises que j’ai interrogé sont catégoriques; Elles n’embauchent que des français.

L’autre question est de savoir si un skipper “Capitaine 200” peut être embauché par un affrètement étranger.

  • En théorie oui, par ce que le problème du PPV, c’est qu’il n’était pas reconnu STCW95. Et le Capitaine 200 permet justement de mettre à niveau le diplôme français pour que celui-ci puissent être accepté par les affréteurs étrangers.
  • Dans la pratique, j’ai interrogé des propriétaires de bateaux immatriculés en Angleterre et la réponse est claire, pour l’instant ils ne font confiance qu’aux diplômes de type anglosaxon. (Anglais, Américain, Sud-Africain, …)
  • L’écosystème existant favorisera plutôt les connexions entre le même type de diplômes. Les capitaines anglais embaucherons de préférence des diplômés anglais.

Ce qu’il faut donc savoir, c’est comment faire pour faire reconnaitre son diplôme en France pour les étrangers et à l’étranger pour les Français.